Omnicol comme entreprise familiale

Posté le

Entreprise familiale | Omnicol

Retour dans les années 50 du siècle dernier. La Seconde Guerre mondiale a pris fin il n’y a pas si longtemps et nos régions sont encore pratiquement à l’état de ruines. Il y a énormément de choses à faire et beaucoup de travaux de construction à réaliser. L’un des défis de l’époque est de trouver les matériaux (de construction) nécessaires. Mais la pénurie rend inventif et c'est ainsi que quelques cultivateurs de pommes de terre de Groningen (NL) découvrent en 1956 qu'il est possible de fabriquer une colle (de construction) efficace à partir de la fécule de pomme de terre. Ils baptisent cette colle Omnicol, car elle peut littéralement ‘tout’ coller.

Cette trouvaille est une aubaine pour la reconstruction des Pays-Bas. La colle connaîtra un grand succès. Lorsque le groupe Koninklijke Scholten-Honig apparaît en 1965, Omnicol passe sous son pavillon. Entretemps, à Vught, Cor de Bever travaille dur et participe à la reconstruction des Pays-Bas comme plafonneur pour sa propre entreprise de plafonnage . A la fin des années 50, ses deux fils Ad et Thieu, les employés numéro 6 et 7 comme ils s’appellent, reprennent l’affaire familiale. Les Pays-Bas sont loin d’être reconstruits et les travaux de construction se poursuivent aussi ardemment dans les années 60 et 70. En ces temps agités, l’entreprise de plafonnage De Bever se développe en misant sur l’innovation.

Ad et Thieu font grandir l’entreprise de leur père en utilisant de nouveaux produits et de nouvelles techniques. Tandis que la moitié de l’Europe utilise encore des techniques de maçonnerie traditionnelles, les frères obtiennent l’exclusivité pour le collage du béton cellulaire Durox avec le produit Omnicol GK60 omnifix. Ces murs (lisses) peuvent ensuite parachevés à l’aide d’un enduit fin appliqué la machine (au pistolet). C’est le début du Temostuc SP20 d’Omnicol, appelé spack dans le monde des plafonneurs.

Ad et Thieu s’essaient également aux plaques de plâtre, des cloisons légères à hauteur d'étage - une nouveauté dans le secteur. Ils s’en sortent si bien qu’ils ouvrent une usine de plaques de plâtre à Weelde (B) en 1969. Ce site a notamment été choisi pour le prix abordable du terrain, mais surtout parce que Weelde Statie disposait d’une bonne connexion logistique avec la Belgique, les Pays-Bas et la France, d’où le plâtre était acheminé par train à vapeur à l’époque. Les sacs de 40 kilos étaient chargés et déchargés un à un à la main. En effet, le chariot élévateur n’était pas encore monnaie courante et les Belges étaient des travailleurs dévoués et acharnés.

Entrepreneurs comme ils le sont, les frères veulent encore aller plus loin. Aussi, ils créent l’entreprise Ankerplast à Weelde en 1972. Ankerplast commence par le développement et la production de spack et devient fournisseur d’Omnicol. Un laboratoire est installé, dans lequel de plus en plus de produits sont développés. L’entreprise investit dans la recherche. Des machines sont installées. La production bat son plein. Une grande partie des produits est distribuée aux Pays-Bas. La marque Ankerplast est lancée en Belgique et a une gamme propre de produits spécifiques pour le marché belge avec ses exigences, ses besoins et ses méthodes de travail.

Les temps changent. Koninklijke Scholten Honig (KSH) se retrouve en difficulté et se recentre sur ses activités principales en 1976. Omnicol est cédé. A partir de ce moment, Omnicol est entre les mains de la famille de Bever. Peu de temps après, dans les années 80, l’Europe est frappée par une crise profonde. Les affaires de la famille de Bever sont également touchées et les frères revoient leur stratégie. En 1986, ils vendent l’entreprise de plafonnage à l’origine d’Omnicol.

Ad et Thieu se consacrent alors entièrement à leur entreprise de Weelde. Une seule entreprise, deux branches. Ou plutôt deux pieds, l’un en Belgique et l’autre aux Pays-Bas. Plus chaque branche se spécialise, plus chacun des deux frères développe une préférence. Ad se concentre en Belgique sur l’étude, le développement et la production de produits Omnicol tandis que Thieu se consacre aux systèmes de construction, à l'encadrement, au conseil et à la distribution de ces produits aux Pays-Bas. Entretemps, des (petit-)enfants ont atteint l’âge adulte.

A partir de 1984, quelques-uns travaillent au sein du groupe. Lorsqu’Ad prend sa retraite en 1996, son fils unique Niels reprend le flambeau. Dans ces mêmes années 90, les six enfants de Thieu prennent la place de leur père. Les de Bever, troisième génération, restent à la tête d’Omnicol. Apparemment, ils ont les affaires dans le sang. Ils gèrent l’entreprise Omnicol avec autant de motivation que leur grand-père et, plus tard, leurs pères quand ils dirigeaient l’entreprise de plafonnage. Soit dit en passant, « motivé » ne veut pas nécessairement dire « professionnel ». Les discussions les plus compliquées ont toujours lieu à table dans la cuisine. Et tous les choix dans l’entreprise sont toujours indissociablement liés à des événements familiaux.

Comme le drame qui se joue en 1999 lorsque Niels meurt dans un crash d’hélicoptère en montagne à l’âge de 36 ans. Outre le choc émotionnel subi par la famille, sa part de l’entreprise se retrouve du jour au lendemain sans successeur (ses deux enfants, encore trop jeunes, partent vivre en Australie avec leur mère). Mais les liens du sang sont forts. L’entreprise familiale poursuit ses activités. Soudée, la famille veille à ce qu’Omnicol continue d'exister comme entreprise familiale. Elle compte aujourd'hui des actionnaires à l’autre bout du monde tandis que les enfants de Thieu et, plus tard, leurs conjoints, occupent pour la plupart différentes fonctions dans l'entreprise pour des périodes plus ou moins longues. L’un d’eux, Felix, a même trouvé le grand amour sur le lieu de travail. C’est dire à quel point la famille et l’entreprise sont mêlées.

Omnicol gagne en maturité. Beaucoup de choses sont encore discutées à la table de la cuisine, mais puisque la famille s’est considérablement agrandie et que l’entreprise compte un nombre sans cesse croissant d’actionnaires, de plus en plus de règles officielles sont appliquées pour des questions plus complexes. Néanmoins, l’intuition et le plaisir des affaires restent essentiels. Ainsi, des recherches sont réalisées par pure curiosité, par exemple pour voir comment une colle déterminée se comporte dans des conditions spécifiques. De même, la colle pour briques a été découverte presque par accident en 1993. Aujourd'hui, ce produit fait fureur en Belgique et les Pays-Bas vont probablement l’adopter en raison de sa durabilité. C’est tout le secret d'une entreprise familiale passionnée.

2003 est une année charnière marquée par la fusion des activités belges et néerlandaises et par le lancement d’Omnicol dans tout le Benelux. L’entreprise de taille moyenne compte plusieurs travailleurs répartis sur plusieurs sites et innove sans cesse. La plupart des membres de la famille ont désormais renoncé à leur rôle actif dans l’entreprise. Felix de Bever occupe le poste de directeur, mais il continue de consulter le reste de la famille. Ces consultations n’ont plus forcément lieu à la table de la cuisine, mais elles sont toujours intuitives. C’est ainsi que l’entreprise parvient encore de nos jours à trouver les solutions les plus innovantes. C’est la force d’Omnicol. 

« Notre spécialité, c’est la colle. Pas les chiffres. »
Felix de Bever

Locatie Weelde | Omnicol

ARBRE GÉNÉALOGIQUE Famille de Bever

  • Cor †
  • Ad † (& Ria †)   
  • Niels † (& Isabel)     
  • Michiel
     
  • Kristien
 
  • Thieu †  (& Els)  
  • Else-Marie 
  • Jolien
   
  • Irene
 
   
  • Karien
 
   
  • Raymond
 
   
  • Felix (& Lief)   
  • Marnick
   
  • Suzanne
 


 

* Vert = travaille actuellement chez Omnicol

Nous utilisons des cookies pour vous permettre de naviguer de façon optimale sur notre site Internet. En visitant notre site Internet, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Plus d’informations